"Corps à corps Point de contact. Surface sur face, face contre face, quel espace naît, disparaît ? La peau rencontre la peau, les peaux se repoussent. Un vide apparaît qui n’est pas un vide, pas même un espace, un lieu qui grandit et se retire au rythme d’un corps en mouvement. Le silence se rétracte et vibre, le souffle cesse, l’image naît. Depuis elle, le corps se fond, le corps fond, flou, sur fond de monde. Le monde se coupe et se détourne de son créateur. L’œil sonde, se projette, crée le silence d’un espace qui ne lui appartiendra plus lorsque le doigt aura tranché, coupé, fragmenté, séparé de ce flux de l’œil sur le monde, une vue, un plan, comme un schéma de vue, une ligne de la main, un destin de l’œil, une peau sans pli. C’est la pensée qui se plie à ce moment précis, cette pensée issue de l’œil, comme le corps se recroqueville sur lui-même, se condense en lui et sur lui. Suis-je aveugle alors que je regarde l’autre ainsi ? Je ne vois ni ses yeux ni ne me vois le regarder. Je ne m’adresse pas à lui, il n’est ni visible ni voyant, il fait présence sur telle image sans cesse en difficulté de présence. Lorsque tout s’arrête, lorsque les corps se relâchent, nous nous regardons furtivement, du coin des yeux. Quelques sons s’échappent des bouches sans toucher l’autre et brisent le silence. Il s’inquiète de mon regard, je lui montre alors au dos de l’appareil ce qui de son monde a touché l’image, ce que l’image a touché de son monde, ce qui est touché dans la photographie." "Correspondances" est un ensemble de Onze photographies noir et blanc réalisées dans les ateliers de neuf artistes peintres, sculpteurs, photographes et céramistes au travail.